logo Sciences sur la Place logo Livre sur la Mlace

Femmes néolithiques – Le genre dans le premières sociétés agricoles

décoration
illustration Femmes néolithiques – Le genre dans le premières sociétés agricoles

CNRS Editions, mai 2021

Auteur : Anne AUGEREAU

La domination masculine est un fait quasi universel : plus de 80 % des groupes humains sont patrilinéaires et à fort pouvoir masculin. Le Néolithique, qui voit l’émergence de l’agriculture et de l’élevage, est sans doute une des périodes parmi les plus importantes pour comprendre comment et pourquoi nos sociétés sont encore aujourd’hui ainsi configurées. Examiner comment se constituent et interagissent les deux catégories sociales fondamentales que sont celles des femmes et des hommes lors du passage au statut d’agriculteurs-éleveurs sédentaires représente un enjeu majeur dans la recherche des origines des inégalités.
Les rapports de genre au Néolithique ont été encore peu explorés. Il faut néanmoins se montrer prudent, et fonder les conclusions sur ce que disent les données mobilisées. Or, le genre n’a d’existence que s’il s’accomplit, s’il est visible. Il se matérialise par des attributs, des postures et des gestes, par des habitudes, par la manière de conduire des activités. Cette matérialité bénéficie à la discipline archéologique dont le support principal est l’analyse des productions matérielles des humains sous toutes leurs formes : parures, costumes et outillages, modes alimentaires, activités de subsistance, etc.
L’une des premières cultures néolithiques européennes, le Rubané, se prête parfaitement à une telle approche : de nombreux caractères de cette société sont connus et peuvent être mobilisés pour faire ressortir les premières informations qu’il est possible d’énoncer sur les conditions des femmes au Néolithique.

En dédicace samedi 11 septembre de 10 h à 14 h (chapiteau) et de 14 h à 18 h (Muséum-Aquarium de Nancy)

L’auteur animera une causerie au Museum-Aquarium de Nancy samedi 11 septembre de 18 h à 19 h sur le thème « Du néolithique à #MeToo, où sont les femmes ? »
(Entrée libre dans la limite des places disponibles).